Sprache Ihres Webbrowser erkannt: Deutsch. Sie sehen gerade die französische Version unseres Webshops. Möchten Sie zur deutschen Version wechseln?

  • Helpline 031 539 11 77

  • Schweizer Tierärzte logo Vétérinaires Suisse

Gare aux épillets, discrets mais dangereux !

Chien dans un champs rempli d'épillets

La fin du printemps signe l’arrivée de l’été, du soleil, de la chaleur, des longues promenades le soir… mais aussi de certaines herbes, dont les épillets, peuvent être dangereux pour votre chien. En effet, ces végétaux séchés et durs s’accrochent facilement aux poils des chiens. De là, ils peuvent s’enfoncer dans la peau et provoquer douleur et infection. Alors à quoi faut-il faire attention lorsque l’on promène son chien ?

Certaines graminées herbacées sont très répandues le long des champs et dans les étendues d’herbes hautes un peu sauvages. Lors de la floraison du printemps, ces herbes produisent des épis pourvus d’épillets qui vont sécher avec le soleil. Une fois secs, ces épillets sont durs et ils se détachent facilement de l’épi.

Les épillets peuvent avoir différentes apparences, mais ceux que l’on retrouve dans nos régions et qui sont dangereux pour nos chiens, ont un aspect similaire. Ils sont très légers. Ils sont constitués d’une graine en forme de V, allongée et munie d’une pointe dure, avec une surface rêche. Parfois, ils se composent aussi de poils plus ou moins longs et durs, orientés vers la pointe et favorisant une forme fuselée. Ils font généralement entre 1 et 3 cm de long.

La présence des épillets dépend du climat. Selon la météo, on peut en retrouver du début du printemps au début de l’automne. Le plus souvent on les trouve de mai à septembre. Compte tenu de la variété des espèces de graminées, on peut en trouver dans toute la Suisse.

Pourquoi les épillets sont-ils dangereux ?

C’est l’anatomie spécifique des épillets qui leur confère leur dangerosité. En effet, lorsqu’un chien se promène sur une herbe contaminée, ces épillets, qui sont secs et légers, se décrochent très facilement de l’épi. Ils viennent alors s’accrocher au poil du chien ou pénètrent dans un de ses orifices. Du fait de leur forme en V et de la rugosité de leur surface, les épillets sont solidement agrippés. Ainsi ils ne vont pas tomber tout seuls, et surtout, ils ne peuvent avancer que dans un seul sens.

Si un épillet est orienté contre l’animal, il va finir par s’enfoncer dans la peau ou l’orifice de l’animal. De là, il va provoquer de la douleur puis une infection, allant parfois jusqu’à l’abcès et la fistule.

Toutes les parties du corps du chien peuvent être concernées par les épillets. Mais couramment, c’est dans les oreilles que se logent les épillets. Ils ont alors tendance à avancer dans le conduit auditif. Les épillets localisés dans les oreilles vont provoquer une grande gêne. Cela se manifeste chez le chien par une envie soudaine et frénétique de se secouer la tête, ou de se gratter les oreilles sans cesse, tout particulièrement de façon aigue après une promenade. Parfois, le chien va simplement pencher un peu la tête. Dans ces situations, il faut urgemment consulter un vétérinaire. Le traitement consistera à retirer l’épillet, à l’aide d’une longue pince spéciale. Si l’on attend trop longtemps, l’épillet peut s’enfoncer jusqu’à perforer le tympan et provoquer une grave douleur ainsi qu’une infection qui nécessitera un long traitement antibiotique.
Dans tous les cas, ne tentez jamais d’appliquer de liquide dans l’oreille de votre chien pour le soulager. Cela ne ferait que risquer de déplacer l’épillet plus profondément.

Les races les plus sujettes aux épillets dans les oreilles sont typiquement les races aux oreilles tombantes et aux poils longs qui favorisent la fixation des épillets et leur migration. Les Spaniels, Golden Retrievers, Bouviers Bernois et Bichons sont ainsi les races les plus touchées.

Parfois les épillets s’enfoncent dans la peau qu'ils blessent. On en retrouve principalement au niveau de l’espace interdigité des pattes ou sous les aisselles. Mais ils peuvent aussi se loger partout ailleurs sur le corps. L’animal aura alors tendance à se lécher ou à se gratter frénétiquement la zone blessée. Certains chiens présentent même une boiterie.
Généralement, vous pouvez apercevoir une rougeur, ainsi qu’un gonflement de la peau. Parfois, on aperçoit le minuscule trou d’entrée de l’épillet. Si l’épillet est resté inaperçu plusieurs jours, il peut s’être formé un abcès. Un abcès est une boule infectée remplie de pus. Si l’abcès est percé, il suinte.
Ainsi, si vous notez une gêne ou une boiterie chez votre chien, il faut absolument l’amener chez un vétérinaire – même si vous ne trouvez pas de blessure.

L es épillets peuvent théoriquement se loger partout. Il est possible d’en trouver dans le nez aussi. Le chien se met alors à éternuer frénétiquement. Des saignements de nez peuvent aussi apparaître.
Il est aussi possible d’en trouver logés dans les yeux et dans les organes génitaux (vulve, fourreau).

Tout symptôme de gêne ou de douleur chez votre chien, qui apparaît durant ou après une promenade, doit vous alerter. Il faut alors immédiatement examiner le pelage de votre animal. Il se peut que vous trouviez l'épillet simplement coincé entre les poils ou à la surface de la peau, sans qu'il y ait de blessure. Dans ce cas, vous pouvez l'enlever avec précaution à l'aide d'une pince à épiler. Si par contre l'épillet est logé plus profondément, faites examiner votre chien par un vétérinaire. En effet, un épillet resté trop longtemps sous la peau ou dans un orifice, fini par s’enfoncer profondément et devient bien plus difficile à localiser et à retirer. Il nécessite alors souvent une intervention sous anesthésie et l’épillet peut entraîner des conséquences plus graves en raison de l’infection qu’il va provoquer.

Heureusement, le plus souvent on retrouve simplement les épillets dans le pelage du chien. Il suffit alors de les retirer rapidement et de bien inspecter le poil et les pattes à la recherche d’autres épillets qu’on aurait manqués.

Comment éviter les épillets ?

Plusieurs mesures simples et efficaces peuvent être prises pour réduire le risque de retrouver des épillets sur votre chien.

En premier lieu, nous recommandons d’éviter toute promenade dans les lieux sujets aux épillets : les parcs et pelouses remplis d’herbes hautes, les lisières de certains champs, les étendues de verdures un peu sauvages. Si vous avez un doute, gardez votre chien en laisse le temps d’observer si le lieu de promenade en est pourvu.

Si vous avez des mauvaises herbes dans votre jardin, pensez à le tondre régulièrement pour éviter la formation d’épis.

Si votre chien a les poils longs ou mi-longs, pensez à bien le faire tondre dès le printemps. La tonte est particulièrement utile au niveau des pattes. Veillez aussi à entretenir le pelage pour éviter les bourres de poils, qui sont de vrais « aimants » à épillets.

Et surtout, après les promenades, pensez à brosser et inspecter minutieusement le pelage de votre animal. Insistez bien sur les pattes, entre les doigts, sous les aisselles et les coussinets, vers les oreilles et le cou.

 

Pour résumer, si vous constatez après une sortie que votre chien présente soudainement une gêne quelconque (éternuements, œil qui pleure, boiterie, oreille qui gratte, …), consultez rapidement votre vétérinaire.

 

Vétérinaires Suisse

Vétérinaires Suisse
 
SSL Secured Swiss Online Garantie logo

Méthodes de paiement